LE QUÉBEC TIRE DANS LES PIEDS DU CANADA

DIPLOMATIE INTERNATIONALE ET SOCIÉTÉ par Dan Albertini

Entre (). « Quand les hommes vivront d’amour… », R. Lévesque.  Fermons les ().

Psychose, peur sur la ville. Non ! C’est la honte. Elle glace. La société canadienne, la ville de Québec dit-on réputée somnolente, capitale politique de la Nouvelle-France dont la France se dit souvent fière, la mort allait venir. Non, au nom de l’innocence, elle vient de tirer dans les pieds du Canada qui accueille des réfugiés syriens maltraités par la guerre de Bachar, de Poutine. La fratrie vient de flanquer l’innocence en l’air. Ce n’est pas l’ère où Bouchard mentait facilement sur le dos de l’eau et du verglas en 2008. Là on voit le niveau. La peine est terrible, la société se dit surprise, mais les morts sont morts non de froid mais mort de l’Islamisme. Sans promesse de, tel que vont les accusations usuelles. Le tueur a tué des musulmans, des Islamistes, des prieurs. Un Blanc a tiré sur l’Islam en pleine prière, dans le dos. De sang froid ! Que personne ne plaide non-coupable ! Plus de larmes de crocodiles non plus !

Des cerveaux utiles ont été ainsi assassinés gratuitement. Des pères de familles responsables, innocents. Des amis tranquilles et paisibles priaient, frappés lâchement dans le dos dit-on. Le Québec vient-il de s’attirer ainsi les foudres opportunistes d’adeptes éloignés de la foi de la « loi du talion » ? Telle est la grande peur qui gère désormais les pensées. Le Québec est-il coupable ? Lisons d’abord 2005 avant de dire que Le Canada doit dédommager selon les lois du pays, selon les conventions en vigueur dont celle de Vienne en particulier, par voie de conséquence, …Ce à la hauteur expressive de Lockerbie.

Voici une lettre qui circule à l’université Mc Gill de Montréal :

« Voilà que les animaux haïtiens ont encore réussi à faire parler d’eux par un crime dégueulasse. S’attaquer à quatre contre une handicapée. La lâcheté à un nom : sale race d’haïtienne – Vous êtes pires que des animaux, car eux, ils ne tuent pas gratuitement. On vous a recueillis et vous ne respectez pas la société qui a agi ainsi envers vous; vous ne respectez pas nos lois; vous ne vous respectez pas vous-même. Tout est sale chez l’haïtien : son corps, son cerveau, son âme !

En Haïti, même l’ONU se demande si elle va rester là. Et dire que l’on s’apprête à aider ce sale pays. Pourtant, tout le monde sait qu’il n’y a rien à faire là. Le peuple haïtien sera toujours dégueulasse !

De plus, vous osez menacer Claude Poirier. C’est un comble! Quand il dit que vous êtes des crottés, c’est vrai; vous venez de le prouver encore une fois à Montréal –Nord. Qui fait du trouble dans nos rues, le métro, les autobus ? Les sales crottés haitiens. Vous dites que Poirier est raciste. Savez-vous ce qu’est être rasciste? Peut-on être raciste envers des animaux ? Moi je suis raciste envers les haitiens, pas contre les Sénégalais, les Camerounais, les Rwandais, les Cubains etc. Car eux, ils sont civilisés. Pas les sales crottés d’haïtiens. On a qu’à voir ce qui se passe dans votre sale pays.

Chez vous tout est sale. Votre corps, votre pays, vos rues, vos maisons, votre pensée, votre âme ! Je souhaite qu’une bactérie vous élimine de la terre. On en sera que mieux partout en Amérique. A Montréal, à Miami, à New York; partout la criminalité va baisser si vous disparaissez.

Salut bande criminels crottés! », mar. 25.01.2005 15:40. De Création Artistique Communication groov@cam.org ; à Réseau HEM. Objet : Opération mobilisation !!!!

Et voici la suite en réponse à la nôtre : « Allo Daniel, se Ronnie Dee ki voye l pou ou,  yo voye l pou mwen, mwen voye l pou ou. 514/853-3480 ».

Original Message – From: Reseau HEM ; To: Création Artistique Communication ; Cc: redaction@reseauhem.ca ; Sent: Tuesday, January 25, 2005 9:59 PM ; Subject : Re : Opération mobilisation !!!!

Merci de votre collaboration – pouvez-vous nous envoyer un peu plus d’information: depuis quand, la police est-elle au courant, le recteur est-il au courant, a-t-on pris des mesures à ce sujet, combien de copies à peu près sont en circulation, qui êtes-vous car le courriel est anonyme par contre nous pouvons vous assurer toute la confidentialité sur votre identité. – Nous sommes obligés par ces vérifications pour une question de rigueur et d’éthique. – Merci de votre collaboration – Rédaction. Archives Réseau HEM Canada

La question se pose avec une telle insistance, à savoir si le Québec héberge le racisme et le racisme systémique, depuis l’attentat terroriste meurtrier survenu à la grande mosquée du Québec. Je ne peux que surenchérir par une autre : je m’arrête à 2005 pour ne se perdre dans les objectifs ni dans le temps, pourquoi, quand 2005 était un signe évident qui avait abouti tant au Consulat Général d’Haïti à Montréal et de là, à la police d’après la version du responsable en poste de l’époque.

La réponse se trouve dans la législation même du Québec. On ne légifère pas sur un problème inexistant au risque de l’introduire ou de l’inventer. La loi 143 (2002). La participation du Québec/Canada à Durban-I, 2001. La Commission sur les Droits de la personne. La discrimination positive à même les institutions et j’en passe, sont des réponses éloquentes. La Commission itinérante des Nations Unies de passage en 2016 au Canada doit d’ailleurs remettre un rapport accusateur prochainement. Ce drame de Québec constitue par contre ici un avertissement grave qui ne vient des Tito,  Marcos, Moubarak, Duvalier, Kadhafi, Saddam, Franco, Hitler, Mussolini, Pinochet, Castro, Somoza, Pétain, Staline, Mobutu, Amin…, etc., ni de la NRA américaine. On est dans un Québec canadien où Ottawa a constitué une enquête nationale sur les femmes et filles autochtones disparue et assassinée. Cause du racisme. Il y a un coût à cela, sa revendication sera étalée lors de commissions onusiennes, d’organisations internationales concernées aussi, au niveau de la diplomatie globale internationale. Fini la fantaisie de l’autruche dans le sable. Il y a eu incitation à la haine raciale. Cela s’est fait au niveau politique, dans l’espace où le cynisme a déjà créé les Enfants de Duplessis. Trump n’y était ! Québec doit, plus que corriger, mais résoudre définitivement ce problème. Si le Québec plaide non-coupable sur cette origine, la compréhension se lira comme une formule de société de Cc, Breivik serait alors l’Or.

La mesure s’observe à deux niveaux. 1. Durant la nuit du drame, tôt le matin, le monde était suspendu à une information : l’implication d’un nom arabe pour expliquer le crime qui aurait l’air alors d’une guerre importée ou exportée. Non, trois fois non, le nom arabe attendu entendu était un témoin qui tentait d’apporter de l’aide, apeuré par les premiers tirs, prenant la fuite en voyant les armes de la police en réponse. Mais les nouvelles parlaient de deux individus cagoulés dont l’un était l’étudiant et, l’autre, croyait-on, ne serait pas un étudiant. Tout laissait croire à un terrorisme de branche islamique. La stupeur a atteint son paroxysme, mais d’hypocrisie politique et sociétale quand la criminalité des motards remplis les prisons du Québec, des cas qui dépassent les délais d’attente raisonnable, donc relaxation technique. Le crime est donc enfant de la société qui veut se boucher l’œil quand elle accuse ceux-dits venus d’ailleurs tandis que les prisons érigées, les centres d’incarcération, les pénitenciers n’ont été construits en prévention d’une clientèle exogène à venir. 2. Un maire que nous nommerons zago loraj. Il détruisit les dalles de Poste Canada au marteau-piqueur comme méthode de justice expéditive personnelle. Il accuse ouvertement gratuitement un imam qui le poursuit en justice. Ensuite un tsunami politique à Québec pour un projet domiciliaire près de Brossard, dont la radio d’État (SRC) a largement alimenté sous le couvert de de-souche. Un terme raciste qui dévoile. Un aspirant à la chefferie de l’Opposition officielle à Québec qui trace les balises de l’immigration intelligente par un trio européen exclusif. Parti qui incite à la confection de charte discriminatoire contre les Musulmans, contre l’Islam, contre un produit de commerce : le burkini. Un braquage social opportuniste contre l’érection de mosquée dans un cartier d’Ahuntsic, et d’une Synagogue à Outremont. La haine de l’étranger est-elle donc si nouvelle ici au Québec, au point d’être ignorée par le centre de déradicalisation (CPRMV) aux millions inutiles dépensés qui n’ont su voir ce terrorisme assassin qui a massacré dans une mosquée en prière ? Tout ce plomb tiré du Québec est dans les pieds du Canada.

Notons à ce titre le discours post event. On est « …Charlie » pour Charlie Hebdo, et la suite est longue. Nice, Berlin, Miami, etc. Mieux, l’identité de la victime devient symbolique et prend priorité sur le moi émetteur. Ici par contre on devient « …tous Québécois » d’abord, chrétien pour calmer la pensée contre « Allahou Akbar ». Non pas Musulman ou Islam ni je suis Soufiane, en support aux victimes du crime odieux perpétré par un Blanc radicalisé terroriste du terroir, telle une méthode d’exécution expéditive de motard criminel en cérémonie d’épreuve. Comprenons ceci : quel que soit la condamnation, la fratrie de motards criminels l’accueillera en héros, en prison. La thèse « de souche » de « va-t’en chez vous ».

Revenons à ce qui circulait en 2005, contre la communauté haïtienne, à même un campus universitaire à Montréal, et qu’on avait envoyé aussi au Consulat Général d’Haïti à Montréal. J’ai à l’occasion contacté J. Zackon (Comm) de McGill. Le PM Paul Martin de l’époque avait agi discrètement avec un puissant symbole qui remua le protocole traditionnel du GG. On l’avait compris. Québec doit le comprendre là aussi. Aux politiciens du Québec qui prétendent parler de débat sur la laïcité, il n’y a de débat ni de proposition de débat, c’est une tentative d’imposition de charte de valeur calquée sur la France bonapartiste avec laquelle on tente d’intimider le pm Couillard pour son discours temporisateur. Pour son vécu professionnel dans un pays arabe. Il y a pire, c’est en politique que l’on comprend le comportement de journalistes devenus politiciens, retournés vers la presse quand ils se sentent perdant ou, se heurtent. L’on comprendra ici pourquoi des reportages sont alambiqués, des bulletins d’information manipulés, orientés, choisis sur des valeurs personnelles cachées, non sur l’intérêt du public à l’information propre. Ottawa est profondément concerné, diplomatie oblige.

Monsieur Trudeau, gouverner c’est prévoir dit-on, vous ne l’avez pas fait, il y a eu des morts sélectionnés. Rappelez-vous, votre ambassadeur honorifique en Irlande pour avoir cru abattre un terroriste étranger, islamiste dit-on dire, dans son imaginaire. Tandis que c’était un fou du terroir. Voilà le portrait, le citoyen a frappé à Québec mais, en bonne santé mentale puisque travaillant, étudiant, professant à un niveau supérieur sans en être diagnostiqué. Aviez-vous mis en fait des sommes considérables qui servent en réalité à une redistribution amicale doit-on déduire, comme dans la routine libérale des Commandites ? Pire, l’argent a-t-il servi à ne pas surveiller le vrai coupable potentiel dira la presse étrangère, mais à ostraciser celui qui en fait est la véritable victime. Elle en est morte. Votre gouvernement a failli de nous protéger. La justice sera-t-elle celle de la loi ou celle de la diplomatie d’une ligue qui fait loi ?

Monsieur, espérons qu’il ne changera de sexe pour le rendre irresponsable afin d’échapper à sa peine quand Valerie Fabrikant est encore prisonnier, si un assassin est un assassin. Un terroriste est un terroriste. Il a semé la terreur. La justice trouvera-t-elle le discours politique qui alimente cette haine ? Rappelez-vous une fois de plus, un autre avait tenté d’abattre une première ministre provinciale élue, au nom du Canada, mais on a tenté de le faire passer pour instable tandis que son geste était prémédité. Alexandre Bissonnette à Sainte-Foi c’est du terrorisme, monsieur le Premier Ministre. Puis, on n’est pourtant pas aux U.S. où les armes sont vendues comme une soupe populaire. Le terrorisme terrorise et n’est une étiquette contre une religion.

Le Canada doit dédommager selon les lois du pays, selon les conventions en vigueur dont celles de Vienne en particulier, par voie de conséquence, selon les demandes des pays d’origine de ces migrants. Ce à la hauteur expressive de Lockerbie, donc punitif et exemplaire car la politique, le langage politique raciste au Québec doit cesser une fois pour toute. Ensuite, à hauteur de Durban-II où le racisme est criminel tant dans son exercice que sa perception et sa projection. Les pays représentés se doivent d’être vigilent dans le traitement des réparations car Québec savait. Il ne faut pas se laisser berner par des propos vides de sens des acteurs qui ne se cachent plus. Les gangs de motards criminalisés sont parfaitement connus ici mais sont tolérés, combien d’entre eux bénéficient de protection ou de technicités de parents fonctionnaires dans des institutions clés. Il faut se rappeler que le Canada, le Québec sont confirmés par une délégation d’une institution onusienne, pour racisme systémique contre les minorités issues d’immigration-dite non-blanche. Le dédommagement punitif et exemplaire est la seule voix de raison qu’écouteront les manipulateurs et leurs bras criminels.

Le Québec de la culture du viol tire ainsi donc dans les pieds du Canada, c’est là la révélation du dévoilement angélique proposé qui se cache derrière des accusations qui sont un renvoi d’image personnelle contre Donald J Trump aux États-Unis voisins.

Je prends en exemple de cette culpabilité, de ce racisme systémique, un cas judiciaire à Longueuil vers 2004. La juge corrobore ce que la police a fait en conformité avec les délinquants accusés : « si vous déposez contre eux ils vont déposer contre vous aussi » pour dissuader le plaignant estropié par cinq individus, dans un magasin. La juge profitant d’une diversion : « ils ne pourraient pas vous faire ce qu’ils vous ont fait si vous n’aviez dit quelque chose en provocation ». Je conclue par une note personnelle de vigilance. La communauté juive devrait prendre au sérieux ce qui vient d’arriver car les racistes antireligieux partagent tous le même principe que ce qui a déjà été fait dans le temps. Rappelez-vous de l’actualité avec ce que l’on perçoit comme dangereux en l’humoriste Dieudonné m’bala m’bala, en France. Alors, je suis juif, je suis musulman, je suis Soufiane, je suis prieur. Le langage de plusieurs animateurs à la radio de la SRC, de plus d’un politicien à Québec, devraient être mis sous observatoire. Nos enfants ne doivent être les-Orphelins-de-Trud…! C’est à ce titre que je signe : Le Québec tire dans les pieds du Canada.

dan@albertini.co

liens et bref :

Convention de Vienne sur les relations consulaires 1963

Faite à Vienne le 24 avril 1963. Entrée en vigueur le 19 mars 1967. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 596, p. 261.

Article 2

ETABLISSEMENT DE RELATIONS CONSULAIRES

  1. L’établissement de relations consulaires entre Etats se fait par consentement mutuel.
  2. Le consentement donné à l’établissement de relations diplomatiques entre deux Etats implique, sauf indication contraire, le consentement à l’établissement de relations consulaires.
  3. La rupture des relations diplomatiques n’entraîne pas ipso facto la rupture des relations consulaires.

Article 3

EXERCICE DES FONCTIONS CONSULAIRES

Les fonctions consulaires sont exercées par des postes consulaires. Elles sont aussi exercées par des missions diplomatiques conformément aux dispositions de la présente Convention.

Article 5

FONCTIONS CONSULAIRES

Les fonctions consulaires consistent à :

  1. a) Protéger dans l’Etat de résidence les intérêts de l’Etat d’envoi et de ses ressortissants, personnes physiques et morales, dans les limites admises par le droit international;
  2. e) Prêter secours et assistance aux ressortissants, personnes physiques et morales, de l’Etat d’envoi;
  3. g) Sauvegarder les intérêts des ressortissants, personnes physiques et morales, de l’Etat d’envoi, dans les successions sur le territoire de l’Etat de résidence conformément aux lois et règlements de l’Etat de résidence;
  4. h) Sauvegarder, dans les limites fixées par les lois et règlements de l’Etat de résidence, les intérêts des mineurs et des incapables, ressortissants de l’Etat d’envoi, particulièrement lorsque l’institution d’une tutelle ou d’une curatelle à leur égard est requise;
  5. i) Sous réserve des pratiques et procédures en vigueur dans l’Etat de résidence, représenter les ressortissants de l’Etat d’envoi ou prendre des dispositions afin d’assurer leur représentation appropriée devant les tribunaux ou les autres autorités de l’Etat de résidence pour demander, conformément aux lois et règlements de l’Etat de résidence, l’adoption de mesures provisoires en vue de la sauvegarde des droits et intérêts de ces ressortissants lorsque, en raison de leur absence ou pour toute autre cause, ils ne peuvent défendre en temps utile leurs droits et intérêts;
  6. j) Transmettre des actes judiciaires et extrajudiciaires ou exécuter des commissions rogatoires conformément aux accords internationaux

68

Relations consulaires en vigueur ou, à défaut de tels accords, de toute manière compatible avec les lois et règlements de l’Etat de résidence;

Article 11

LETTRE DE PROVISION OU NOTIFICATION DE LA NOMINATION

  1. Le chef de poste consulaire est pourvu par l’Etat d’envoi d’un document, sous forme de lettre de provision ou acte similaire, établi pour chaque nomination, attestant sa qualité et indiquant, en règle générale, ses nom et prénoms, sa catégorie et sa classe, la circonscription consulaire et le siège du poste consulaire.
  2. L’Etat d’envoi transmet la lettre de provision ou acte similaire, par la voie diplomatique ou toute autre voie appropriée, au gouvernement de l’Etat sur le territoire duquel le chef de poste consulaire doit exercer ses fonctions.

Article 12

EXEQUATUR

  1. Le chef de poste consulaire est admis à l’exercice de ses fonctions par une autorisation de l’Etat de résidence dénommée exequatur, quelle que soit la forme de cette autorisation.
  2. L’Etat qui refuse de délivrer un exequatur n’est pas tenu de communiquer à l’Etat d’envoi les raisons de son refus.
  3. Sous réserve des dispositions des articles 13 et 15, le chef de poste consulaire ne peut entrer en fonctions avant d’avoir reçu l’exequatur.

Article 17

ACCOMPLISSEMENT D’ACTES DIPLOMATIQUES PAR DES FONCTIONNAIRES CONSULAIRES

  1. Dans un Etat où l’Etat d’envoi n’a pas de mission diplomatique et n’est pas représenté par la mission diplomatique d’un Etat tiers, un fonctionnaire consulaire peut, avec le consentement de l’Etat de résidence, et sans que son statut consulaire en soit affecté, être chargé d’accomplir des actes diplomatiques. L’accomplissement de ces actes par un fonctionnaire consulaire ne lui confère aucun droit aux privilèges et immunités diplomatiques.

CONVENTION DE VIENNE SUR LES RELATIONS DIPLOMATIQUES 1961

Faite à Vienne le 18 avril 1961. Entrée en vigueur le 24 avril 1964. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 500, p. 95.

Article 41

  1. Sans préjudice de leurs privilèges et immunités, toutes les personnes qui bénéficient de ces privilèges et immunités ont le devoir de respecter les lois et règlements de l’État accréditaire. Elles ont également le devoir de ne pas s’immiscer dans les affaires intérieures de cet État.
  2. Toutes les affaires officielles traitées avec l’État accréditaire, confiées à la mission par l’État accréditant, doivent être traitées avec le Ministère des affaires étrangères de l’État accréditaire ou par son intermédiaire, ou avec tel autre ministère dont il aura été convenu.
  3. Les locaux de la mission ne seront pas utilisés d’une manière incompatible avec les fonctions de la mission telles qu’elles sont énoncées dans la présente Convention, ou dans d’autres règles du droit international général, ou dans les accords particuliers en vigueur entre l’État accréditant et l’État accréditaire.

Article 42

L’agent diplomatique n’exercera pas dans l’État accréditaire une activité professionnelle ou commerciale en vue d’un gain personnel.

FAIT à Vienne, le dix-huit avril mil neuf cent soixante et un.

dan@danalbertini.ca

print