Le peuple se meurt, la plaisanterie a trop duré. 

Haïti Renaitra ! Par Jean Jackson Michel et Jean Willer Marius

  • Le peuple se meurt, la plaisanterie a trop duré. 

6, 7 & 8 juillet approche, symbole évocateur de la vox populi ayant révoqué le titre usurpé que la programmation made by Sola a remis à tijòv le 7 février 2017 avec seulement 500 000 voix volées. Le peuple haïtien, à cette date avait lancé un message clair à qui veut l’entendre : Il a mis fin au contrat criminel. Fort de ce principe de droit constitutionnel traitant de la légitimation des gouvernants et qui stipule qu’en cas de représentation démocratique, la légitimité n’est pas acquise une fois pour toutes et qu`en cas de soupçon, de malversation avérée et de corruption; le peuple étant en son bon droit de reprendre ses volontés particulières confiées à ses gouvernants formant la volonté unique de l’État.

Cependant, le cri légitime du peuple a été sacrifié sur l’autel de l’arrogance. Un an après, il a évolué dans ses revendications, rapatrié ses volontés particulières en révoquant de fait la totalité des mandats généralement quelconques ; réclamant aujourd’hui sans considération aucune : Le TABULARAZA.

Parlementaires kleptomanes, ne perdez plus votre temps, vous ne pouvez pas arrêter la marche de l’Histoire, vos combines désespérées sous fond de provocation sont vouées à l’échec et ne serviront qu`à décupler la colère du peuple. Contentez-vous des millions mal acquis que vous avez empochés au détriment de nos misères en attendant que notre pays soit doté d`un système judiciaire fort pour demander la reddition des comptes. Le temps des compromissions est révolu, vos dilatoires habilement conçus ne nous duperont plus. Les animaux politiques ne survivront pas à ce ras-le-bol populaire. Même si l’honnêteté est pour vous une denrée disparate, messieurs les sous-hommes, écoutez la voix de votre conscience agonisante qui vous dit que vous avez trop fait, taisez-vous, vous êtes tous, par le verdict populaire, révoqués. Tous autant que vous êtes !

Cette verve serait, par élégance ou par respect pour le rang et la fonction, inappropriée. Si le dirigeant n’agissait pas comme un enfant gâté. Pour l’honneur et la dignité de leurs familles, s’il leur restait ne serait-ce qu`un zeste de pudeur ou de dignité; ces valeurs qui jadis catégorisaient la société haïtienne, des dizaines de démissions seraient déjà remises. Autrefois, le voleur perçu, soupçonné, sans même être déclaré, était isolé et faisait la honte de la famille, des parents et amis. Comme conséquence, il se voyait obligé de fuir la communauté et ne recevait ouvertement aucun soutien. Aujourd’hui, peut-on parler de nouveau paradigme ou de paradigme inversé dans le cas d’Haïti quand le voleur du bonheur de tout un peuple est présent presque partout, reçoit même des invitations à l’échelle internationale, très arrogante, suivie et soutenue ?

Comme une triste séquence du film a succès «Roméo doit mourir». Les membres de la Cour des comptes, principaux artisans du rapport compromettant pour les dilapidateurs du fond incriminé, dont tijov, font l’objet de persécutions ouvertes et doivent, pour sauver leur peau et celle de leur famille, laisser le pays de toute urgence. Et  comme dans le film aussi, couverts sommes-nous par l’immunité cinématographique, avec cette annonce du 6 juillet, nous constatons que la peur a changé de camp. Pourtant Roméo ne devrait pas mourir…

Combien de victimes recensées à ce jour sur le sol dessalinnien, tombées sous les tirs de mercenaires étrangers ? Qu’attendez-vous encore pour partir quand les employés promettent sur les réseaux sociaux  à partir du 8 juillet prochain  de chasser des bureaux de l’État : ministres et directeurs généraux issus de ce régime pourri ?

Un génocide à la Rwanda avec près d’un million de tués en quatre mois ou le modèle cambodgien avec 2 millions en quatre ans ? Serait-ce Arménie avec 1,2 million ? Quoi d’autre ? Vous attendez une extermination par la faim comme en Ukraine en 1932? Ou Yémen 2019 ? L’indépendance nationale ne sera jamais si, unanimement, toutes les victimes ne se rassemblent pas en : combattants pour la liberté.

⁃ Nous avons trop pleuré les cadavres de nos frères et sœurs qui jonchent les rues défoncées d’Haïti, ceux-là qui réclamaient leur droit de manger, qui protestaient contre les petro-audacieux et les petro-voleurs de leurs droits fondamentaux, de vivre comme hommes et femmes à part entière.

⁃ Nous avons trop  pleuré  ceux-là qui meurent de faim chaque jour en Haïti sur cette terre martyre.

⁃ Nous avons trop  pleuré la mort de nos malades étalés sans soins dans les couloirs de bâtiments vétustes qui furent jadis de bons hôpitaux, au temps d`autrefois, quand les voleurs étaient au pénitencier et non au palais.

⁃ Nous avons trop pleuré l’extermination lente et progressive d’une population désespérée, otage d’un petit groupe d’intérêts.

⁃ Nous avons trop  pleuré la mort de policiers souvent innocents assassinés, la souffrance de ceux qui refusent le sale boulot qui consiste à massacrer et tuer ses propres voisins de la classe.

⁃ Nous avons trop pleuré la marginalisation, la misère, l’humiliation de nos concitoyens en république voisine chassés souvent comme des canards sauvages.

⁃ Nous avons trop pleuré la fuite de notre force de travail en Amérique du Sud déboutée par le chômage.

⁃ Nous avons trop pleuré la déchéance morale et éthique d’illustres intellectuels qui se prostituent et qui défendent une cause désespérée, comme gage de leur pain.

Dirigeants du monde libre et amis d’Haïti : arrêtez ! Haïti mérite mieux que ce que vous lui offrez aujourd’hui. On ne fait pas cela à un peuple. Le temps de la barbarie est révolu. Le vol ne peut pas être criminalisé et sanctionné rigoureusement chez vous et soutenu en Haïti. Comment osez-vous demander à un peuple de consentir un sacrifice qui vous répugne ? C’est insensé !

Le support a ses limites. Jovenel n’est plus président en Haïti. Il doit laisser le pouvoir qu’il garde par la terreur et la force de ses bourreaux du PHTK avec quelques complicités pour affronter la justice haïtienne comme le veut la loi en matière de corruption et de blanchiment des avoirs. Et ensuite, se préparer pour faire face au Tribunal Pénal International (TPI) pour les crimes, assassinats de toutes sortes, massacres divers par lui orchestrés. En ces temps combien difficiles que traverse la nation, elle a besoin plus que jamais des forces conjuguées de tous ses filles et fils du terroir et d’ailleurs, chacun en ce qui les concerne, sans exclusion de classe, de couleur ou de foi pour être tous de fiers petro challengers; déterminés à aller jusqu’au bout dans la lutte pour l’émergence d’un nouveau système.

Le poids de la terreur d’aujourd’hui quoique insupportable est de loin incomparable aux fers et à la mitraille surmontés par nos valeureux héros de 1804 pour rompre avec l’esclavage.

Sachant que notre détermination vaincra inévitablement la méchanceté des tenants de ce système générateur de division et de misère qui, à notre honte, détruit les valeurs fondamentales de cette historique nation.

Déclarons solennellement que nous sommes tous des petro challengers décidés à aller jusqu’au bout et faisons le dernier sursaut pour arrêter cette vaste plaisanterie qui a trop duré.

  • Haïti Renaîtra, juillet 2019
print